Isabel Pinto Dos Santos, Âge & Wikipedia

Isabel Pinto Dos Santos, une femme d’affaires angolaise née le 20 avril 1973, est devenue une figure marquante en raison de sa lignée d’aînée de José Eduardo dos Santos, l’ancien président angolais.

NomIsabel José dos Santos
20 avril 1973
Isabel Pinto Dos Santos ÂGe50
Lieu de naissanceBakou, RSS d’Azerbaïdjan, Union soviétique
CitoyennetéLa Russie et l’Angola
ConjointSindika Dokolo
Enfants3
ParentsJosé Eduardo dos Santos
Tatiana Koukanova

Son ascension dans le monde des affaires, autrefois saluée comme la description faite par Forbes de la femme la plus riche d’Afrique avec une valeur nette dépassant les 2 milliards de dollars, a pris une tournure dramatique.

Cet article explore les subtilités de son ascension, de sa disgrâce ultérieure, de ses batailles juridiques et de ses antécédents familiaux.

La montée vers la richesse

Dos Santos L’acquisition de richesses, telle que décrite par Forbes en 2013, remonte principalement à ses participations dans des sociétés opérant en Angola. Les spéculations suggéraient que son influence dérivait en grande partie de l’influence et des relations familiales.

YouTube video

Sa fortune considérable est restée sous les projecteurs jusqu’en janvier 2021, lorsque Forbes l’a exclue de sa liste après le gel de ses avoirs en Angola, au Portugal et aux Pays-Bas.

Allégations et batailles juridiques

Depuis 2018, le gouvernement angolais engage des poursuites judiciaires contre Isabel Pinto Dos Santos pour corruption présumée qui aurait contribué au ralentissement économique de l’Angola. La situation s’est aggravée avec des ordonnances judiciaires gelant ses comptes bancaires angolais et saisissant ses participations dans des entreprises locales, notamment Unitel et Banco de Fomento Angola.

Allégations et batailles juridiques

La poursuite judiciaire s’est étendue au-delà des frontières angolaises, visant des actifs au Portugal. Des enquêtes s’ensuivent au Portugal, incitant dos Santos à déclarer les Émirats arabes unis comme sa résidence officielle.

Le Département d’État des États-Unis lui a interdit, ainsi qu’à sa famille immédiate, d’entrer dans le pays en décembre 2021, invoquant des allégations de corruption importante et d’utilisation abusive de fonds publics à des fins personnelles.

Conséquences juridiques

Conséquences juridiques

La saga juridique s’est poursuivie alors qu’Interpol a émis un mandat d’arrêt contre elle en novembre 2022 et qu’en décembre 2023, ses avoirs ont été gelés après une audience à la Haute Cour de Londres.

Famille et éducation

Les antécédents de Dos Santos mettent en lumière son héritage multinational. Née en RSS d’Azerbaïdjan, elle était la fille aînée de José Eduardo dos Santos et de Tatiana Kukanova, une femme d’origine russe que son père a rencontrée lors de ses études en Azerbaïdjan. Son ascendance remonte à São Tomé et Príncipe par l’intermédiaire de ses grands-parents paternels.

Famille et éducation

Isabel Pinto Dos Santos a fait ses études dans plusieurs institutions prestigieuses, fréquentant la Cobham Hall School et la St Paul’s Girls’ School de Londres. Ses études d’ingénierie électrique l’ont conduite au King’s College de Londres, où elle a croisé la route de son mari, Sindika Dokolo, dont le licenciement prématuré en octobre 2020 a marqué un chapitre tragique de sa vie personnelle.

Premières entreprises

Dos Santos a commencé ses activités professionnelles en tant qu’ingénieur chef de projet chez Urbana 2000, une filiale du groupe Jembas. Son implication initiale comprenait un contrat visant à assainir Luanda, démontrant ses premières incursions dans la gestion de projets et l’ingénierie.

Premières entreprises

Peu de temps après, elle a diversifié son portefeuille en s’aventurant dans le secteur du transport et en créant une entreprise de camionnage. L’avènement de la technologie des talkies-walkies a catalysé son entrée dans l’industrie des télécommunications, marquant un changement crucial dans sa trajectoire professionnelle.

Initiatives commerciales

En 1997, dos Santos a fait sa marque dans l’industrie hôtelière en ouvrant le Miami Beach Club, un établissement pionnier sur l’île de Luanda, comprenant à la fois une discothèque et un restaurant en bord de plage. Cela a marqué ses premiers pas dans l’entrepreneuriat, ouvrant la voie à ses efforts ultérieurs.

READ  Eugene Kaspersky Fortune
Initiatives commerciales

Élargissant ses horizons à l’international, dos Santos s’est lancée dans la création de sociétés et de participations, principalement en Angola et à l’étranger. Ses investissements se sont notamment étendus à des entreprises de haut niveau, ayant des intérêts substantiels au Portugal et dans un large éventail de secteurs, notamment les télécommunications, l’énergie, la vente au détail et la finance.

Avoirs notables

Ses avoirs notables en 2014 comprenaient :

  • Trans Africa Investment Services : une entité basée à Gibraltar et axée sur le commerce du diamant, fondée en collaboration avec sa mère.
  • Unitel International Holdings B.V. : Initialement connu sous le nom de Kento et Jadeium, opérant depuis Amsterdam et servant de véhicule d’investissement de dos Santos dans le secteur des télécommunications.
  • Santoro Finance : fonctionne comme la branche d’investissement de dos Santos au sein de Banco BPI, dont le siège est à Lisbonne.
  • Esperaza Holding B.V. : une entité basée à Amsterdam et spécialisée dans l’énergie et le pétrole.
  • Condis : Un commerce de détail situé à Luanda.

Les mesures stratégiques d’Isabel Pinto Dos Santos

Les mesures stratégiques d'Isabel Pinto Dos Santos

Isabel Pinto Dos Santos, figure éminente du paysage de l’investissement, a fait des progrès significatifs dans les secteurs clés du Portugal depuis 2008. Son portefeuille diversifié couvre les télécommunications, les médias, la vente au détail, la finance et l’énergie, renforçant ainsi sa présence dans le paysage économique du pays.

Entreprises de télécommunications et de médias

Dos Santos a commencé son parcours d’investissement au Portugal en 2012 avec des acquisitions stratégiques dans ZON Multimédia, une société offrant une gamme de services comprenant la téléphonie mobile et fixe, la télévision par câble et par satellite et la connectivité Internet.

Entreprises de télécommunications et de médias

Commençant avec une participation modeste, elle est rapidement devenue le principal actionnaire, amassant 28,8 % en 2012. Ces acquisitions ont été orchestrées par l’intermédiaire de sociétés holding comme Jadeium et Kento, puis consolidées sous la société néerlandaise Unitel International Holdings BV.

Activités bancaires et financières

En 2010, dos Santos a étendu son influence en acquérant une participation de 20 % dans Banco Português de Investimento via Santoro Holding. Consolidant encore davantage son assise financière, elle a pris des participations substantielles dans Galp Energia, en partenariat avec la compagnie pétrolière nationale angolaise Sonangol via la société holding mutuelle de droit européen Esperanza Holding.

Activités bancaires et financières

Dos Santos a également joué un rôle central dans le secteur bancaire en tant que membre fondateur et membre du conseil d’administration de Banco BIC Português. La récente acquisition par l’institution de Banco Português de Negócios, une banque nationalisée, a souligné son implication et son influence continues dans le paysage financier portugais.

Fusion et surveillance réglementaire

Ses stratégies d’investissement ont abouti à une annonce cruciale en décembre 2012, lorsque dos Santos a proposé une fusion entre ZON et Sonaecom. Cette proposition a été approuvée en mars 2013, marquant une étape importante dans ses investissements portugais.

Fusion et surveillance réglementaire

Étant donné que ses investissements au Portugal concernaient principalement des sociétés cotées, ils relevaient de la compétence de la Commission portugaise du marché des valeurs mobilières (CMVM). Cette surveillance réglementaire a joué un rôle crucial dans le contrôle de la conformité et des opérations de ses entreprises dans le pays.

Jalons et mouvements stratégiques

En août 2013, suite au feu vert de l’Autorité de la concurrence, la fusion entre ZON et Sonaecom se concrétise. La création d’un véhicule ad hoc, ZOPT, a facilité cette fusion, consolidant ainsi la participation de dos Santos et Sonaecom de plus de 50 % dans la nouvelle entité, Zon Optimus SGPS.

Jalons et mouvements stratégiques

Cette fusion a donné lieu à une augmentation de capital de ZOPT, portant sa valeur de 50 à 716 millions d’euros. Sonaecom a souscrit à 358 millions d’actions, mobilisant 81,8 % de sa participation dans Optimus, tandis que dos Santos a reflété cette action à travers ses participations, consolidant sa participation de 28,8 % dans ZON.