Lionel Guedj Famille

Famille Guedj Marseille

La Lionel Guedj Famille est un clan dynamique et soudé, profondément enraciné au cœur de la ville historique. Riche d’une histoire s’étendant sur plusieurs générations, la famille Guedj est réputée pour son fort sentiment d’unité et son soutien mutuel indéfectible.

Ancrée dans la tapisserie culturelle de Marseille, la famille a joué un rôle essentiel dans le façonnement de la communauté locale et la préservation de ses traditions.

Des rassemblements animés remplis de rires et d’histoires partagées à leur attachement durable aux liens familiaux, la famille Guedj témoigne de la force durable de la parenté dans le décor enchanteur de Marseille.

Alors que la famille approche de son centenaire, son héritage continue de prospérer, incarnant les valeurs intemporelles qui définissent le nom Guedj depuis près d’un siècle.

Famille Guedj Marseille : Lionel Guedj Père

Au cœur de Saint-Antoine, niché dans les quartiers populaires de Marseille, Lionel Guedj, ancien dentiste, avait autrefois la confiance de ses patients.

YouTube video

Cependant, une ombre noire plane sur sa carrière, marquée par des accusations de mutilations patientes qui ont ébranlé la communauté.

Mutilations de patients : une révélation inquiétante

Lionel Guedj s’est retrouvé au centre d’une tempête judiciaire lorsque 450 anciens patients ont décidé de porter plainte contre lui pour ce qu’ils qualifient de « mutilations » dentaires.

Mutilations de patients : une révélation inquiétante

L’acte d’accusation de novembre 2012 a provoqué une onde de choc dans la communauté, révélant une série de crimes volontaires présumés commis entre 2006 et 2012.

Les procédures judiciaires se déroulent

Licenciés en novembre 2019, Lionel Guedj, accompagné de son père Carnot Guedj, ont comparu devant le tribunal correctionnel. Les accusations étaient graves – « crimes volontaires de violence » entraînant des mutilations, notamment le délabrement, la mortification ou l’extraction de dents sans justification médicale.

La bataille juridique s’est déroulée au fil des années, le procès en première instance étant prévu pour 2022 et l’appel ultérieur en 2023.

Verdict et conséquences

La cour d’appel d’Aix-en-Provence a rendu vendredi 20 octobre 2023 son arrêt confirmant la peine de Lionel Guedj à 8 ans de prison. Son père, Jean-Claude, dit « Carnot » Guedj, a été condamné à 5 ans de prison.

Le tribunal ne s’est pas arrêté à l’emprisonnement ; elle a également confirmé la confiscation de leurs biens, évalués à un peu plus de 2,2 millions d’euros.

En quête de justice : la position du procureur général

Tout au long de la procédure judiciaire, le procureur général a joué un rôle central pour obtenir justice pour les victimes. La demande de peines similaires à celles prononcées en première instance faisait écho à la gravité des crimes allégués.

Au fur et à mesure que la bataille juridique se déroulait, les victimes se voyaient garantir une indemnisation supérieure à un million d’euros, offrant une lueur de réconfort au milieu de cette pénible épreuve.

Les allégations

La procureure Marion Chabot a mené la procédure judiciaire contre Lionel Guedj, soulignant la gravité des allégations. Les accusations comprennent la mutilation intentionnelle, la violence intentionnelle conduisant à une mutation et la violence intentionnelle conduisant à la fraude.

L’accusation affirme que les actes de Guedj étaient non seulement moralement répréhensibles mais aussi criminels.

Conséquences juridiques

La peine recommandée pour mutilation intentionnelle est de dix ans de prison. Cependant, malgré la gravité des accusations, Guedj n’a pas passé un seul jour derrière les barreaux.

Le seuil légal d’acceptation sociétale d’une réduction de peine demeure une question cruciale, incitant Chabot à remettre en question les normes dominantes du système judiciaire.

Implications financières

Outre la peine d’emprisonnement, l’amende recommandée pour violences volontaires ayant entraîné une mutation est d’environ 375 000 euros. Étonnamment, la somme recommandée pour les violences volontaires ayant entraîné une escroquerie est la même, avec 375 000 euros supplémentaires.

Ces sanctions financières substantielles soulignent la gravité des accusations et les conséquences économiques potentielles pour Guedj.

Implications familiales

La saga judiciaire s’étend au-delà de Lionel Guedj lui-même. Son père, Jean Claude Gued, âgé de 70 ans, a également fait face à des conséquences judiciaires. Il a été inculpé et condamné à une amende de 150 000 euros et à cinq ans de prison, dont un an avec sursis avec sursis.

READ  Al-Zuras Tarot

Cet enchevêtrement familial ajoute une couche de complexité à l’affaire, suscitant des inquiétudes quant à un « parallèle père-fils en matière de criminalité ».

Enquêtes sur les actifs

Le parquet, soucieux de garantir justice et réparation aux victimes, a pris des mesures proactives. En enquêtant sur les actifs du couple, ils se sont penchés sur les polices d’assurance-vie, les comptes bancaires, les œuvres d’art et l’équipement dentaire.

L’ampleur de l’enquête les a même conduits au domicile rural du couple à Aix-en-Provence, mettant au jour des transactions financières liées au matériel dentaire de Guedj.

Témoignages de patients

Le bilan émotionnel des victimes est évident dans les témoignages des patients. Les jeunes neveux posent innocemment des questions sur les bouches noircies, et certains ne peuvent manger que le cœur battant, révélant l’impact durable des prétendues malversations de Guedj.

La frustration d’un procès prolongé et l’attente d’être reconnus comme victimes et indemnisés ont laissé de nombreux patients désillusionnés.

Les retards juridiques et le chemin à parcourir

Au fur et à mesure que le procès se déroule, le grand nombre de victimes et la complexité de l’affaire ont conduit à un processus judiciaire prolongé. Alors que 450 parties civiles sont attendues lors du prochain procès, certaines envisagent de faire appel à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour accélérer la procédure.

Les retards dans la justice ont non seulement aggravé les souffrances des victimes, mais ont également soulevé des questions sur l’efficacité du système judiciaire.

Succès sans précédent

Lionel Guedj, âgé de 30 ans, a atteint l’apogée du succès en 2010 en étant sacré meilleur chirurgien-dentiste du pays. S’installant à Saint-Antoine, l’un des quartiers économiquement défavorisés de Marseille, il acquiert rapidement une notoriété pour son approche directe et sa compétence.

Étonnamment, il a engrangé près de 3 millions d’euros d’honoraires, dépassant de deux fois et demie ses pairs.

Une fausse façade

Derrière le vernis du succès, l’empire dentaire de Guedj s’est construit sur la tromperie et la trahison. Son mode opératoire consistait à s’attaquer aux patients à faible revenu, notamment ceux couverts par le dispositif CMU (Couverture Maladie Universelle).

Promettant un « visage d’étoile aigre » à ceux qui entraient dans son cabinet, il a manipulé des individus vulnérables pour les faire subir des procédures dentaires inutiles, les laissant avec des visages défigurés et le surnom cruel d’« édentés ».

Enquête et accusations

Après une longue enquête, en novembre 2019, Lionel Guedj et son père, qui était son complice, ont été déférés devant le tribunal correctionnel. Les accusations allaient du délabrement, de la mortification, à l’extraction de dents sans aucune justification médicale.

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) des Bouches-du-Rhône a déposé une demande en dommages et intérêts en décembre 2011, demandant une indemnisation d’un montant de 1 629 865 euros sur la base des résultats d’une enquête sous contrôle médical.

La piste du désespoir

Les événements se sont déroulés entre 2006 et 2012, laissant un sentiment de désespoir parmi les victimes résidant principalement dans les quartiers nord de Marseille.

Les patients ont fait état de maladies récurrentes et de ponts irrécupérables, révélant l’ampleur des malversations commises par Lionel Guedj et son père.

La bataille juridique

A l’approche du procès, l’attente de la justice plane sur Lionel Guedj et son père. Le tribunal correctionnel de Marseille va examiner les accusations de voies de fait liées aux mutilations dentaires, qui ont eu des répercussions durables sur la vie de ceux qui ont eu le malheur d’être la proie de leurs pratiques frauduleuses.

La fraude financière dévoilée

En plus des mutilations dentaires, le duo père-fils a été reconnu coupable d’une fraude stupéfiante de 7 millions de CL, soulignant encore davantage l’ampleur de leurs actes contraires à l’éthique.